Soutenance de thèse

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat en sociologie intitulée :

Quand le genre travaille le handicap

Enquête sur l’articulation entre handicap et genre sur le marché de l’emploi en France  

La soutenance aura lieu en présentiel le mardi 14 mai 2024, à Sciences Po, en amphit. Afin de faciliter la logistique, je vous remercie de remplir ce formulaire pour indiquer votre venue si vous souhaitez assister à la soutenance, qui sera suivie d’un pot. 

Le jury est composé de :

Pierre BRASSEUR, Chargé de cours et Professeur, METICES, Université libre de Bruxelles

Didier DEMAZIERE, Directeur de recherche CNRS, CSO

Aude LEJEUNE, Directrice de recherche CNRS, CERAPS (rapportrice)

Sophie POCHIC, Directrice de recherche CNRS, CMH (rapportrice)

Anne REVILLARD, Associate professor, Sciences Po (directrice)

Maud SIMONET, Directrice de recherche CNRS, IDHE.S   

Résumé : Qu’implique l’appartenance à plusieurs catégories dominées dans les rapports sociaux, sur les positions occupées sur le marché de l’emploi ? La thèse porte sur la manière dont s’articulent genre et handicap sur le marché de l’emploi et en emploi, à partir de l’étude du cas des femmes handicapées. Pour ce faire, elle s’appuie sur des méthodes mixtes, croisant l’exploitation de 51 entretiens biographiques individuels auprès de 41 femmes et 10 hommes ayant une déficience visuelle, motrice ou une maladie chronique, et l’analyse de la vague 2018 de l’enquête INSEE « Emploi en continu ». Le travail de doctorat rend compte des inégalités existant entre personnes handicapées et valides selon le genre, à la fois sur le marché de l’emploi (distribution entre emploi, chômage et inactivité, recherches d’emploi), mais également en emploi (phénomènes de ségrégation horizontales et verticales, conditions de travail différenciées, discriminations). La thèse souligne l’importance de la division sexuée du travail pour les personnes handicapées, et  met en lumière la prégnance de formes de travail supplémentaires pour celles-ci : le travail de santé – l’ensemble des activités contraignantes relatives aux soins et à la gestion de la santé à une échelle individuelle – et le travail de handicap, qui correspond aux activités en lien avec la dimension sociale du handicap, notamment l’adaptation de la personne aux contraintes imposées par son environnement. Au croisement de la sociologie de l’emploi, du travail, du genre et du handicap, la thèse contribue à une sociologie de l’intersectionnalité, par ses dialogues entre champs de littérature, ainsi que son étude à la fois des parcours et des expériences professionnelles et de l’interprétation des inégalités vécues selon les positions dans les rapports sociaux.

Mots clefs : emploi; genre; handicap; emploi; travail; politiques publiques; intersectionnalité; inégalités

Article – Disability, gender or something else ?

Mon article co-rédigé avec Célia Bouchet est disponible sur le site de la maison d’édition Emerald et sur Hal. L’article revient sur les modes d’interprétation des inégalités par les personnes handicapées, et leurs évolutions au cours du parcours de vie.

Résumé :

This chapter draws on biographical interviews to analyze identity-based interpretations of inequalities by disabled people in France, as these understandings are formed and transformed over the course of their lives. We combined the material from two different studies to create a corpus of 65 life stories from working-age people with contrasting impairments in terms of type, degree, and onset, as well as various profiles in terms of gender, race, and class. When talking about the inequalities they face, respondents commonly made use of identity labels (gender, class, race, disability), among those available in their micro and macro environments. They usually presented these categories as separate and cumulative, and only a few upper-class disabled women developed reflections in line with an intersectional model. This fragmentation of identity categories translated into the framing of each inequality encountered through a single lens. Respondents mentioned race, class, or gender mainly when evoking topics and contexts that the public debate highlights as problematic, while their references to disability covered a variety of disadvantages. Although the interview situation might have fueled this framing, we also showed that certain earlier socialization processes led people to believe that their disability was the source of the inequalities they encountered. Lastly, we identified three turning points that encourage shifts in the interpretation of inequalities; these are the availability of a new label to qualify one’s experience, a competing identity-based interpretation for a mechanism, and access to a different, intersectional model of inequality.

Citation : Bouchet, Célia et Mathéa Boudinet. « Disability, Gender, or Something Else? Identity-Based Interpretations of Inequalities Over the Life Course in France » in Heather E. Dillaway, Carrie L. Shandra et Alexis A. Bender (eds.). Disabilities and the Life Course. Emerald Publishing Limited. 2023, p. 49‑67.

Article – Handicap, inégalités professionnelles et politiques d’emploi

Ma contribution co-rédigée avec Anne Revillard et Célia Bouchet dans l’ouvrage collectif Que sait-on du travail ? est disponible sur Cairn. Le chapitre présente de manière large les enjeux liés à l’insertion professionnelle et à l’emploi des personnes handicapées en France.

Résumé : Les liens entre handicap et travail sont complexes. D’une part, le travail peut engendrer des handicaps, et certains emplois plus que d’autres. D’autre part, les personnes handicapées sont souvent pénalisées dans le monde professionnel : elles peinent à accéder à l’emploi, à s’y maintenir et à y progresser. Dans cette contribution, nous mettons l’accent sur ces obstacles.

Citation : Revillard, Anne, Célia Bouchet, et Mathéa Boudinet. « Handicap, inégalités professionnelles et politiques d’emploi », Bruno Palier éd., Que sait‐on du travail ?Presses de Sciences Po, 2023, pp. 468-481.

Trouver des sources bibliographiques pertinentes en sociologie

Ce billet de blog a pour but de synthétiser les manières d’effectuer des recherches de références bibliographiques pertinentes pour la sociologie. Il s’inspire d’un document réalisé par Kevin Diter dans le cadre d’un de ses cours, et s’appuie sur mon expérience personnelle, et sur les normes que j’ai réussi à identifier avec le temps depuis le début de ma formation. Ainsi, les références ou les manières de chercher n’ont pas vocation à être un modèle exclusif, mais une représentation de ce qui me semble important et pertinent à ce stade de mon parcours professionnel.

Comment chercher ?

Il faut tout d’abord aller du plus général ou au plus particulier. Le meilleur moyen pour y arriver est de recourir à la méthode dite de la boule de neige :

  1. Identifier le thème
  2. Aller consulter les ouvrages de synthèse ou manuels
  3. Examiner attentivement les bibliographies de ces ouvrages de synthèse, puis des articles de référence que vous identifierez, pour trouver les références ou auteur-ices « classiques » de votre champ d’études

Où chercher ?

Pour identifier les principaux textes/auteur-ices de votre thème de recherche, vous pouvez tout d’abord consulter le moteur de recherche de votre bibliothèque universitaire. Ces moteurs de recherche ont pour avantage de synthétiser les différentes plateformes, et de lister les ouvrages consultables dans la bibliothèque.

Vous pouvez également recourir à différents moteurs de recherche par plateformes, et notamment consulter :

  • Les plateformes hébergeant plusieurs grandes revues de sciences sociales :
    • cairn.info : pour les références plus récentes, contient une grande partie des revues françaises et des ouvrages en version intégrale
    • OpenEdition.org : plateforme de revues en accès libre
    • persee.fr : fréquemment pour les numéros de revue plus anciens
  • Google Scholar : on peut effectuer sa recherche à partir de mots clefs, et également consulter le nombre de citations pour identifier les références les plus classiques du thème parmi les références récentes

Dans l’ensemble, éviter les références aux interviews, articles de magazine non scientifiques, revues professionnelles… Les travaux scientifiques suivent des standards dans leur présentation et dans leur processus d’évaluation.

Quels types de textes choisir ?

Vous pouvez vous poser ces deux questions pour vérifier que la source que vous mobilisez est pertinente :

  1.  L’auteur-ice est-il ou elle sociologue ?

Vérifier la biographie, la discipline de la thèse, le laboratoire de rattachement. Généralement, on accepte les références aux travaux d’histoire, d’anthropologie, d’économie ou de psychologie sociale, s’il est précisé que les résultats sont tirés de ces ancrages disciplinaires.

  1. Quel est le format du texte que j’ai identifié ?

La liste suivante revient sur l’ensemble des formats auquel vous pourriez être confronté-e.

  • Les manuels

On peut les consulter pour trouver des références plus classiques ou des travaux empiriques. On essaie d’éviter de citer les manuels pour justifier les résultats empiriques. On peut par contre le citer si le manuel propose une approche théorique ou méthodologique originale, une définition d’un concept, ou des résultats empiriques originaux (exploitation d’une enquête par exemple).

Il en existe cinq collections principales de manuels synthétiques :

  • Collection 128, Armand Colin
  • Repères, La Découverte
  • Collection U, Armand Colin
  • De Boeck Supérieur, De Boeck
  • Que sais-je ?

On peut également citer certains livres écrits par des sociologues de la collection « Le mot est faible » de la maison d’édition Anamosa, mais qui sont souvent plus à destination d’un grand public et de fait vulgarisés.

  • Les ouvrages

Les ouvrages peuvent être le résultat d’enquêtes originales, des traductions ou des ouvrages collectifs. Comme pour toutes les autres sources, attention à bien vérifier que les auteur-ices sont des sociologues.

Les livres issus d’enquêtes originales sont fréquemment tirés d’enquêtes de terrains, comme des thèses, ou des projets collectifs. Ils comprennent une présentation méthodologique, et sont structurés en chapitres argumentés, mobilisant les matériaux de terrain. Les collections et maisons d’édition suivantes en publient fréquemment : les presses universitaires de France, les presses universitaires des différentes universités (Rennes, Grenoble, Sciences Po, etc.), éditions CNRS, la collection « L’envers des faits » de La Découverte, collection « Individu et société » d’Armand Colin…

Exemples : Bessière, Céline et Sybille Gollac. Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités. Paris : La Découverte. 2020.

Béraud, Céline. Le métier de prêtre. Approche sociologique. Paris : Editions de l’Atelier. 2006.

Brown, Elizabeth, Alice Debauche, Christelle Hamel, et al. Violences et rapports de genre Enquête sur les violences de genre en France. Paris : Grandes Enquêtes – INED. 2021.

Au niveau des traductions de textes sociologiques, on peut également se tourner vers les presses universitaires (comme les presses de l’EHESS par exemple), ou vers les collections publiées par d’autres maisons d’édition (les éditions Amsterdam par exemple).

Exemples : Engel, David M et Frank W Munger. Le droit à l’inclusion. Droit et identité dans les récits de vie des personnes handicapées aux Etats-Unis. Paris : Editions de l’EHESS/En temps et lieux. 2017.

Connell, Raewyn. Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie. Paris : Editions Amsterdam. 2022.

Les ouvrages collectifs peuvent prendre la forme de dictionnaires ou d’encyclopédies, ou bien de contributions d’auteur-ices sur un sujet donné. Dans le premier cas, les contributions peuvent soit être cantonnées à une discipline (dictionnaire sociologique), ou à plusieurs, à partir d’une thématique commune (l’action publique, l’environnement etc.). L’introduction du livre vous donnera une idée plus précise du type de contributions demandées, et des ancrages théoriques et disciplinaires des auteur-ices.

Exemples : Rennes Juliette, Encyclopédie critique du genre. La Découverte, « Hors collection Sciences Humaines », 2021.

Boussaguet Laurie, Jacquot Sophie, Ravinet Pauline, Dictionnaire des politiques publiques. 5e édition entièrement revue et corrigée. Presses de Sciences Po, 2019.

Dans le second cas, l’ouvrage collectif est conçu comme une synthèse de contributions empiriques sur un sujet donné. Ce type d’ouvrages sont fréquemment le résultats d’événements scientifiques (congrès, journées d’études) ou d’appel à communications spécifiques. Ils sont généralement soumis à l’évaluation par les pair-es.

Exemples : Bessin, Marc, Claire Bidart, et Michel Grossetti. Bifurcations les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris : La Découverte. 2010.

  • Les articles scientifiques

Les articles scientifiques en sociologie ont pour point commun la présentation d’une question de recherche, d’une approche théorique, d’une méthode (sous forme de partie ou d’encadré), et de résultats. Accompagnés d’un résumé de l’article (parfois aussi appelé abstract), la démonstration faite par les sociologues s’appuie sur des éléments empiriques (enquête de terrain, archives, statistiques…) ou prend la forme d’une revue de littérature.

Leur caractère scientifique est assuré par l’évaluation par les pair-es. Ils constituent à ce titre les références plus légitimes à citer, et doivent constituer au moins la moitié de la bibliographie.

La revue Socio-logos a établi un inventaire des revues où publient les sociologues : https://journals.openedition.org/socio-logos/2310. Cette liste permet un premier aperçu des revues de sociologie française.

On peut distinguer trois types de revues :

  • Les revues de sociologie générale

Ces revues, pouvant comporter des numéros thématiques, publient des articles sur de divers sujets. Elles divergent en termes d’approches théoriques et/ou méthodologiques. Elles sont fréquemment gérées par des comités de rédaction composées entièrement par des sociologues.

Exemples : Revue française de sociologie, Actes de la recherche en sciences sociales, Sociétés contemporaines, SociologieS, Terrains et Travaux, Economie et Statistique, Populations…

  • Les revues de sociologie portant sur un thème

Ces revues se distinguent des revues de sociologie généralistes par leur concentration sur une thématique ou approche théorique spécifique. Elles sont souvent gérées par des comités de rédaction composé par des universitaires.

Exemples : Travail genre et sociétés, Sciences sociales et santé, Temporalités, Sociologie du travail…

  • Les revues interdisciplinaires portant sur un thème

Ces revues peuvent être gérées par des institutions publiques et/ou des universitaires. Dans tous les cas, le comité de rédaction et/ou coordinateur-ices de numéro est composé en partie par des sociologues. Elles portent sur une thématique définie, et peuvent être à destination à la fois du public académique et des acteur-ices de terrain. Enfin, les numéros peuvent être composés d’articles relevant de la sociologie, et d’autres disciplines (économie, histoire, psychologie…).

Exemples : Champ pénal, Genre sexualité & société, Travail et emploi (géré par la DARES), Politiques sociales et familiales (géré par la CAF) …

  • Les recensions

Les recensions d’ouvrage sont des résumés d’ouvrages effectués par des sociologues, dans le but de proposer une présentation synthétique et critique d’un livre de sociologie. Rédigés par des personnes autres que les auteur-ices du livre, les recensions prennent la forme d’un texte court, revenant sur les chapitres du livre et présentant en fin de texte une réflexion sur les apports, qualités et défauts de l’ouvrage.

Les recensions sont rarement citées en tant que tel, mais servent plutôt à « lire » un livre sans le lire réellement, et se familiariser avec les arguments et résultats d’un travail de façon rapide.

Les recensions se trouvent dans des revues scientifiques (généralement en fin de numéro, section « recension », « lectures » ou « compte-rendu »), dans des revues spécialisées (https://lectures.revues.org/), des sites de vulgarisation de sciences sociales (http://www.laviedesidees.fr/).

Ou dans les revues scientifiques (il y a souvent une section « recension », « lectures » ou « compte-rendu » qui résume les dernières parutions en sciences sociales)

  • Les sources quantitatives

Les sociologues sont fréquemment amené-es à mobiliser des sources quantitatives pour cadrer leur argumentaire, présenter une population, mettre en lumière un décalage, etc. Cependant, toutes les sources de données quantitatives n’ont pas la même valeur.

  • Privilégier les analyses des institutions publiques, au niveau national (INSEE, Défenseur des droits), ministériel (DARES, DREES, DEPS, ministère de la Culture…), ou parlementaire (rapports du Sénat, de l’Assemblée nationale). Les sites présentent fréquemment des analyses quantitatives sur un grand nombre de sujets, à partir de base de données fiables. Les sources peuvent prendre la forme d’articles, de synthèses, de notes d’informations, de compte-rendu pour des inspections… Ce type de documents peuvent être trouvés également dans d’autres pays, mais sont sans grande surprise peu traduits. Vous pouvez également vous référer aux documents utilisés par l’Union européenne, ou les grandes organisations non-gouvernementales (ONU par exemple).
  • Eviter les instituts de sondage, les chiffres non sourcés… Vous pouvez consulter la presse, mais il faut retrouver d’où vient l’information, et avoir une analyse critique par rapport à celui-ci.

Quelques exemples :

Sur le site de l’INSEE : https://www.insee.fr/fr/accueil

  • INSEE Première : articles courts (4 pages) de commentaires de tableaux statistiques ; très pratique pour mise au point et illustration statistique sur un sujet précis
  • Economie et Statistique : pas seulement articles d’économie, aussi articles de sociologie ; commentaire de statistiques mais généralement niveau plus difficile et articles plus longs
  • France Portrait social/ INSEE Références (anciennement Données sociales) : article assez court sur des thématiques variées sur la société française

Sur le site de l’INED : https://www.ined.fr/fr/publications/editions/population-et-societes/

  • Population et Sociétés : ce sont les équivalents de Insee Première, à savoir des bulletins d’information scientifique qui traite chaque mois d’une thématique particulière.

Sur le site du Ministère de la Culture : https://www.culture.gouv.fr/Espace-documentation

  • Culture Etudes : articles descriptifs sur une problématique liée au domaine de la culture en France
  • Culture Chiffres : articles présentant les chiffres clés des pratiques/dépenses culturelles
  • Puiser dans d’autres disciplines

Pour analyser un sujet, on peut effectuer des revues de littérature ne se limitant pas qu’à la sociologie pour avoir un aperçu plus large de la manière dont le sujet a été traité par les sciences sociales. Faire référence à ces sources est loin d’être interdit, mais il faut toujours recontextualiser la discipline dont le texte est cité. En effet, la sociologie se distingue des autres sciences sociales par son approche méthodologique et son ancrage théorique dans certaines traditions. Les méthodes, théories et postulats de base des autres disciplines diffèrent, et c’est pourquoi il est nécessaire de bien préciser d’où vient la source mobiliser.

Vous pouvez donc mobiliser des travaux de démographie, d’anthropologie, d’histoire, d’économie, ou de psychologie sociale, mais celles-ci ne doivent pas constituer votre source principale d’informations. Ces références viennent compléter les sources sociologiques que vous mobilisez.

Autrice : Mathéa Boudinet. Mis à jour le 10 mars 2023.

« Tu seras prof de braille ou kiné » : la norme de compatibilité dans le cas des personnes déficientes visuelles

Quels métiers sont présentés comme accessibles aux personnes déficientes visuelles ?

Lors de l’analyse des entretiens, je me suis rendue compte que la notion de « compatibilité » était fréquemment mobilisées par les enquêté-es quand ceux-ci et celles-ci décrivaient la manière dont s’est construit leur orientation professionnel. Ils et elles employaient en partie ce terme à la fois pour qualifier l’articulation entre leurs limitations et des capacités requises de la profession.

Les personnes interrogées justifiaient ainsi l’exclusion de certaines professions comme options envisageables par leur incapacité à effectuer des tâches requises perçues indispensables à leur exercice. Dans leurs discours, certaines professions ne peuvent pas être aménagées, et sont à proscrire dans leur cas. Ces représentations de l’adaptabilité des postes sont diffusées par différentes instances socialisatrices (employeur, service public de l’emploi, médecins, famille).

Ce billet de blog revient sur la diffusion de cette norme par ces vecteurs de socialisation, dans le cas spécifique des personnes déficientes visuelles. Je montre ainsi que les personnes malvoyantes et non-voyantes se voient présenter un panel très réduit de professions envisageables au cours de leur parcours scolaire et professionnel.

Méthodes

Cet extrait d’analyse repose sur l’exploitation de la campagne d’entretiens biographiques réalisés dans le cadre de ma thèse et du projet “Handicap, genre et précarité professionnelle”. Menés entre août 2020 et décembre 2021, les entretiens portaient sur la formation scolaire, les expériences professionnelles et les périodes sans emploi. Les questions revenaient également sur les événements en lien avec l’histoire conjugale et familiale et la sphère de santé, pour capter l’influence que ces deux sphères pouvaient avoir sur le déroulement du parcours professionnel. Enfin, les entretiens comprenaient également des relances sur les démarches effectuées, notamment en termes de recours à des dispositifs d’action publique en lien avec l’emploi.

Les 50 entretiens biographiques ont été réalisés avec des hommes (9) et des femmes (41) âgé-es entre 24 et 61 ans. Ce billet de blog s’appuie plus spécifiquement sur les récits des 15 personnes ayant une déficience visuelle.

Les prénoms et noms des personnes interrogées ont été modifiés.

Résultats

Sur les quinze personnes déficientes visuelles interrogées, dix mentionnent durant l’entretien une ou plusieurs des professions suivantes dans leur récit portant sur leur parcours professionnel : kinésithérapeute, accordeur de piano, empailleur de chaises, professeur de braille, informaticien ou standardiste. Ces différents types de métiers apparaissent régulièrement dans les récits de vie des enquêt-es déficient-es visuelles, soit dans le cadre de l’école, de la famille, ou des acteurs de l’orientation ou de l’insertion professionnelle. Ces orientations sont le produit d’une construction historique des types de métiers adaptés aux personnes déficientes visuelles, se basant pour la plupart sur la supposition d’un développement sensoriel qui serait spécifique à cette population (Blatgé, 2012). Comme dans l’étude de Blatgé (Ibid.) et Bouchet (2022), les enquêté-es de cette étude perçoivent ces professions comme prescrites aux personnes malvoyantes ou non-voyantes, et constituent selon elles et eux une norme pour leur groupe de déficience.

L’exemple d’Aurélie Bourg illustre l’influence de cette norme dans ses orientations professionnelles. Née malvoyante, elle et sa famille apprennent très tôt qu’elle perdra de plus en plus ses capacités visuelles tout au long de sa vie. Dès son enfance, ses parents lui répètent que « de toute façon, tu vas perdre la vue, donc tu seras prof de braille ou kiné ». Aurélie Bourg précise que sa famille insistait sur le fait qu’il « fallait que ce soit vraiment cadré dans le monde aveugle ». Elle décrit avoir du mal à se projeter, et ne pas savoir vers quelle filière s’orienter au lycée ou à la fin de ses études secondaires. Une de ses professeures lui conseille de s’inscrire en classe préparatoire aux grandes écoles au vu de ses notes. Elle y fait un an, puis intègre une école de commerce. Néanmoins, Aurélie Bourg se retrouve confrontée à d’importants problèmes financiers, sa bourse sur critères sociaux étant trop faible pour couvrir son logement et la nourriture, et sa famille ne lui verse pas d’argent. Endettée de 10 000 francs, elle rentre chez ses parents aux vacances d’hiver, et décide à contre cœur de s’inscrire en Centre de rééducation professionnelle (CRP). Elle raconte :

« J’étais assez mal renseignée et puis… Les intégrations en milieu ordinaire et tout, c’était encore pas trop ça, quoi. Donc là, j’ai dit « Bon bah allez, y a pas le choix. » Et je me suis inscrite à l’école de kiné. C’était pas que le boulot me plaisait, mais je me disais « Bon, la formation est payée. Je savais qu’à 20 ans, j’aurais l’AAH parce que voilà, ça devenait chaud financièrement. » » (Aurélie Bourg, 45 ans, déficience visuelle)

L’orientation en CRP kinésithérapie est motivée à la fois par des contraintes financières, mais également par l’idée que cette voie est une voie classique pour les personnes ayant une déficience visuelle. Aurélie Bourg considère que cette formation est la seule option possible qu’elle puisse envisager, le milieu ordinaire paraissant inaccessible (« y a pas le choix »). Elle exprime plus en détail cette idée dans la citation suivante :

« Il y avait l’aspect tout adapté, puis il y avait l’aspect professionnalisant, et puis… Je crois vraiment, pour moi, le côté… C’est un métier où la déficience visuelle est bien acceptée. Et ça, pour moi, c’était déterminant parce que j’étais passée à l’école de commerce, j’avais bien vu comment ça se passait. […] Je me suis dit « Bah tu vas te sacrifier, tu vas faire un truc qui te plaît pas forcément, mais au moins à la sortie, tu demanderas rien à personne et tu pourras faire ce que tu veux. » Il y a aussi le fait que mes parents, depuis que j’étais petite, me disaient tout le temps qu’il fallait que je fasse, « Tu seras prof de braille ou kiné. » Et au début, je voulais pas y aller. Et je crois que c’est pour ça que j’ai détesté de cette formation, parce que ça a été de la reddition par rapport à la prophétie de mes parents. » (Aurélie Bourg, 45 ans, déficience visuelle)

Ainsi, le métier de kiné est envisagé comme un « métier où la déficience visuelle est bien acceptée », contrairement aux autres emplois du milieu ordinaire. Le récit d’Aurélie Bourg fait apparaître de manière claire le caractère contraignant et pesant de la norme dans son orientation professionnelle. Ce même type de discours est tenu par d’autres personnes déficientes visuelles interrogées. Leurs récits témoignent en outre la diffusion de cette représentation par différentes institutions du handicap et de l’emploi. Melissa Belhadji (51 ans, déficience visuelle) déclare ainsi que, dans son institution médico-sociale dans laquelle elle était scolarisée au collège et au lycée, « on avait pas de conseiller d’orientation, et… On était pas, on était pas très renseignés parce qu’à l’époque il y avait pas tant de métiers qui étaient accessibles aux DV [déficients visuels], c’est juste ça quoi. ».  Le cadrage se fait ici en termes de types de professions a priori accessibles à un groupe de déficience. L’enquêtée cite ensuite les professions de kiné et pianiste à titre d’exemple. De même, Aymeric Bonneville (39 ans, déficience visuelle) explique que les documents reçus au Cap Emploi à la fin des années 1990 étaient intitulés « Quels sont les métiers accessibles aux déficients visuels ? » et ne listaient que trois métiers : kiné, empailleur de chaise et programmeur informatique. 

A la fin de son entretien, Aurélie Bourg conclut que son parcours n’a pas été défini par ses envies, mais à la fois par les représentations sur les possibilités d’emploi pour les personnes déficientes visuelles et par le manque d’adaptations ou d’aménagements des autres postes dans le milieu ordinaire.

« Je me suis toujours dit… Qu’il fallait avoir de sacrées ressources personnelles pour arriver à avoir une certaine activité professionnelle. Et j’ai envie de dire qui nous intéresse et qui nous corresponde en étant en situation de handicap, hein. […] Sauf si on rentre dans les sentiers battus, quoi. Sauf si vraiment, voilà, on fait école de kiné. J’ai des anciens collègues de l’école de kiné, ouais, ils sont, ils gagnent super bien leur vie, ils ont des cabinets. Si on rentre dans le cadre, comme ça, proposé d’entrée de jeu, […] dans les cheminements prévus, très codifiés. Je pense qu’il y a matière. […] Moi j’étais encore de la période où il fallait faire standardiste et maintenant ça n’existe quasi plus mais bon, il  y a quelques filières balisées je pense. Je sais aussi qu’il existe des adaptations maintenant, par exemple dans l’enseignement etc. Mais… Je trouve que dès qu’on veut sortir un peu de ces schémas, c’est pas évident. Ça nécessite beaucoup d’adaptabilité et je dirais que pour moi, au jour d’aujourd’hui, pour avoir une activité professionnelle en étant déficient visuel, il faut pas mal d’imagination aussi, quoi. Et de réseau. […] Il faut toujours adapter les choses, en fait, donc il faut aussi être assez créatif pour pouvoir détourner certaines choses, les utiliser différemment, faire valoir des choses inattendues… C’est vraiment super sollicitant. » (Aurélie Bourg, 45 ans, déficience visuelle)

Le discours d’Aurélie Bourg fait apparaître les normes d’emploi spécifiques à la population déficiente visuelle. Pour elle, sortir des « sentiers battus » et des « filières balisées », c’est-à-dire la liste de professions considérées comme intrinsèquement accessibles aux personnes malvoyantes ou non-voyantes, car ne nécessitant pas ou peu d’aménagements, nécessite de faire un travail de handicap supplémentaire et de dépenser une quantité d’énergie importante (« c’est super sollicitant »). Au contraire, elle admet avoir elle fait des « sacrifi[ces] » en ne faisant pas une activité qui ne lui plaisait pas pour éviter ces tâches supplémentaires et coûteuses. De même, Melissa Belhadji (51 ans, déficience visuelle) se qualifie de « rebelle » en racontant sa décision de suivre une licence de langue étrangère appliquée au lieu de suivre une formation de kiné ou de musique.

Références

Blatgé, Marion. Apprendre la déficience visuelle : une socialisation. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble. 2012. 208 p.

Bouchet, Célia. Handicap et destinées sociales. Une enquête par méthodes mixtes. [Thèse en sociologie] : IEP de Paris. 2022. 643 p.

Autrice : Mathéa Boudinet

Article – Politiques de l’emploi, handicap et genre

Mon article co-rédigé avec Anne Revillard portant sur les implications genrées des politiques publiques de l’emploi des personnes handicapées est disponible sur Cairn.

Résumé : Les politiques publiques incitent les Établissements et services d’aide par le travail (ESAT) à devenir des passerelles vers le milieu ordinaire de travail. Or, les passages du milieu protégé en milieu ordinaire relèvent d’exceptions. L’article explore ce paradoxe à partir de méthodes qualitatives et quantitatives. L’étude montre que la majorité des personnes interrogées ne souhaite pas travailler en milieu ordinaire, perçu comme trop violent. Cette vision du milieu ordinaire est renforcée par le discours des salarié·e·s des ESAT, qui façonnent les perspectives des personnes handicapées et effectuent un tri parmi les personnes souhaitant aller vers le milieu ordinaire.

Citation : Boudinet, Mathéa et Anne Revillard. « Politiques de l’emploi, handicap et genre », Travail, genre et sociétés. 2022, vol.2 no 48. p. 71‑87.

Livre – Portraits de travailleuses handicapées

Couverture du livre Portraits de travailleuses handicapées.
Illustration de Kate McDonnell.

Le livre de portraits de 24 femmes handicapées co-dirigé par Anne Revillard et moi même est désormais publié et disponible en ligne . Il est accessible gratuitement en ligne sur ce site, et sera bientôt téléchargeable au format pdf à partir de cette page.

Résumé : Marginalisées sur le marché du travail, les femmes handicapées font face à de multiples difficultés : limitations liées à l’état de santé, discriminations, inadaptation des environnements de travail, mais aussi contraintes liées à la division sexuée du travail. Préparé dans le cadre d’une recherche sociologique participative, cet ouvrage vise à rendre compte de ces réalités et de ces difficultés, mais aussi de la résilience, de la ténacité et de la créativité des femmes en prise avec ces obstacles. Les 24 portraits ici réunis mettent en lumière leurs initiatives, bricolages, négociations, en bref leur agentivité pour se faire une place sur le marché du travail et dans la société.

Billet de blog : Ce livre présente pour moi un double enjeu politique et méthodologique.

L’idée de ce livre a émergé de conversations entre Anne Revillard et les membres de l’association Femmes pour le dire, Femmes pour agir (FDFA), dans le cadre de la définition des supports d’application demandés par la Fondation Internationale de Recherche Appliquée sur le Handicap (FIRAH). L’idée était de créer un support qui chercherait à promouvoir la représentation, dans l’espace public, des femmes handicapées en tant que travailleuses, en rendant compte des obstacles spécifiques auxquels elles se heurtent. Les portraits auraient pour but de donner des exemples concrets de parcours aux associations et acteurs politiques souhaitant se saisir du sujet du genre, du handicap et de l’emploi. Ce livre s’inscrit ainsi dans une démarche de mise en visibilité de parcours et de difficultés peu publicisés, à des fins de sensibilisation générale du public, d’amélioration des dispositifs d’action publique, mais aussi de partage d’expérience entre femmes handicapées.

D’autre part, ce livre a été pour moi une expérience particulièrement enrichissante en termes méthodologiques. Mon protocole de recherche prévoyait de base un retour aux participant-es sous la forme d’une courte synthèse résumant les principaux résultats scientifiques, suivie éventuellement d’un appel téléphonique ou un envoi complet de la thèse. La rédaction de ce livre m’a permis d’envisager d’autres formes de collaboration entre enquêtrice et enquêté-es, ne se résumant pas à un témoignage singulier et unique suivi d’une conversation plusieurs mois ou années plus tard. Les multiples échanges eus sur les portraits avec les femmes ayant témoigné m’ont notamment permis de réfléchir aux hiérarchisations des informations dans les entretiens que l’on effectue en tant que sociologue. Ce projet m’a également amené à m’interroger sur les formes de recherches participatives pouvant être envisagées.

C’est donc avec fierté que j’annonce la publication du livre, et son accès en ligne gratuit. Merci encore aux participantes, à l’équipe de recherche avec qui j’ai travaillé, Anne Revillard, Léo Le Roux et Aline Tertre, à Samia el Hadj pour les transcriptions, et à Érika Nimis des éditions ESBC.

Référence : Boudinet, Mathéa et Anne Revillard (dir). Portraits de travailleuses handicapées. Québec : Éditions Science et Bien Commun. 2022. 142 p. En ligne : https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/travailleuseshandicapees/ 

Journée de restitution de la recherche – 8 novembre 2022 – Sciences Po

Affiche de l’événement “Handicap, genre et emploi. Regards croisés”, suivi des logos des associations partenaires

Anne Revillard et moi avons le plaisir de vous convier à la journée : 

“Handicap, genre et emploi : regards croisés”qui se tiendra à Sciences Po le mardi 8 novembre 2022 en présentiel au 9 rue de la Chaise 75007 Paris, ou à distance via Zoom.

Cette journée de restitution et d’échanges autour du projet de recherche participative « Handicap, genre et précarité professionnelle : parcours biographiques et réception de l’action publique », donnera lieu à des échanges autour du projet avec des chercheur-ses, des personnes concernées et des acteurs publics et associatifs. Une synthèse des résultats, les supports d’application ainsi que l’ensemble des rapports produits peuvent être trouvés à cette adresse.


Le programme de la journée est disponible ci-dessous.

PROGRAMME

9h20 – Mots d’accueil par Cécile Vallée (Chargée de développement, FIRAH) et Christophe Roth (Président de l’Agefiph)

9h30 – Handicap, genre et précarité professionnelle : une recherche participative et appliquée
Cette session revient sur la démarche participative du projet. Les associations partenaires ont été impliquées à toutes les étapes du projet, de la conception au questionnement à la diffusion des résultats, selon un triple rôle : expertise, relai, et opérationnalisation des savoirs. La recherche a ainsi vocation à produire des savoirs utiles pour la pratique.  

 – Présentation générale du projet par Cécile Vallée (Chargée de développement, FIRAH)
 – Présentation du cadre scientifique du projet par Anne Revillard (Professeure associée en sociologie, Sciences Po – CRIS et LIEPP)
 – Retours d’expériences des associations sur leur participation au projet, par Carole Saleres (APF – France handicap) et Carole Robert (Fibroymalgie France)
 – Résultats et valorisation, par Mathéa Boudinet (Doctorante en sociologie, Sciences Po, CRIS-LIEPP)
 – Dimension appliquée du projet, par Véronique Bustreel (Agefiph)

10h30 – Handicap, genre et travail : quelles données ?
Cette session revient sur les données qualitatives et quantitatives disponibles ou à produire pour investiguer l’articulation entre handicap genre et travail.

– Insertion professionnelle selon le handicap et le sexe, par Marc Collet (Responsable du suivi de l’insertion professionnelle des personnes handicapées, Ministère du Travail – Dares)
– Les données disponibles et manquantes, par Arnaud Lenoir (Agefiph)
– Présentation de l’ouvrage « Portraits de travailleuses handicapées », par Anne Revillard et Mathéa Boudinet (CRIS-LIEPP)

11h30 – Handicap, genre et accès à l’emploi
Quelles sont les difficultés d’accès à l’emploi des personnes handicapées et notamment des femmes ? Cette session croise les points de vue des chercheuses, d’une spécialiste de l’accompagnement vers l’emploi et de femmes directement concernées

– Handicap et division du travail au sein des couples, par Célia Bouchet (Postdoctorante en sociologie, Mission pour la place des femmes, CNRS, associée CRIS).
– Discrimination dans l’accès à l’emploi en raison du handicap, par Naomie Mahmoudi (Postdoctorante au CNAM, chercheuse affiliée au laboratoire de recherche ERUDIT)
– Accompagner vers l’emploi, par Déguène Alix (APF – France handicap)
– Témoignages de créatrices d’entreprise

13h – 14h30 – Pause déjeuner

14h30 – Handicap et genre au travail
Comment se joue l’articulation entre handicap et genre dans les expériences au travail ? Une fois en emploi, à quels obstacles les femmes handicapées doivent-elles faire face ? Quels sont les dispositifs publics et les pratiques des entreprises pour favoriser leur accompagnement ? Comment les faire évoluer ?  

– L’endométriose, un enjeu de santé au travail, par Alice Romerio (Postdoctorante Gis-CREAPT, Ceet-CNAM, Cresppa)
– Barrières systémiques à l’insertion professionnelle : entre handicap, genre et culture, par Audrey Dupont (Postdoctorante Université de Montréal/CHU Ste-Justine – Université du Québec à Rimouski)
 
16h15 – Handicap, genre et politiques de l’emploi
Cette session ouvre un débat sur les recommandations issues de cette recherche participative et des autres travaux présentés au cours de la journée : comment améliorer l’accompagnement des femmes handicapées vers et dans l’emploi ?  
 
 – Quelles recommandations à l’issue de cette recherche, par Mathéa Boudinet (Doctorante en sociologie, Sciences Po – CRIS et LIEPP)
 – Présentation de l’action de FDFA en matière d’emploi, et apports de cette recherche pour la réflexion et l’action associatives, par Claire Desaint (Vice-présidente de Femmes pour le Dire Femmes pour Agir, FDFA)

La “chance” des aménagements de poste

Comment le droit aux aménagements de poste est-il perçu par les personnes handicapées en emploi ?

En France, l’aménagement du poste de travail selon le handicap est garanti par la loi du 11 février 2005, qui garantit la mise en place de « mesures appropriées » permettant l’accès et le maintien d’un emploi pour les personnes disposant d’une reconnaissance administrative de handicap (ici nommés travailleurs handicapés) :

Afin de garantir le respect du principe d’égalité de traitement à l’égard des travailleurs handicapés […], les employeurs prennent, en fonction des besoins dans une situation concrète, les mesures appropriées pour permettre aux travailleurs […] d’accéder à un emploi ou de conserver un emploi correspondant à leur qualification, de l’exercer ou d’y progresser ou pour qu’une formation adaptée à leurs besoins leur soit dispensée, sous réserve que les charges consécutives à la mise en œuvre de ces mesures ne soient pas disproportionnées, compte tenu des aides qui peuvent compenser en tout ou partie les dépenses supportées à ce titre par l’employeur.

Ces aides peuvent concerner notamment l’adaptation de machines ou d’outillages, l’aménagement de postes de travail, y compris l’accompagnement et l’équipement individuels nécessaires aux travailleurs handicapés pour occuper ces postes, et les accès aux lieux de travail. (Loi du 11 février 2005, article 24) Le refus par l’employeur de fournir ces « mesures appropriées » constituent une discrimination.

Pour autant, les postes occupés par les personnes interrogées ne sont pas aménagés dans la moitié des expériences professionnelles qu’ils et elles décrivent. De manière générale, les participant-es à l’étude envisagent les aménagements comme une “chance” et relevant de “l’exceptionnel”.

Méthodes

Cet extrait d’analyse repose sur l’exploitation de la campagne d’entretiens biographiques réalisés dans le cadre de ma thèse et du projet “Handicap, genre et précarité professionnelle”. Menés entre août 2020 et décembre 2021, les entretiens portaient sur la formation scolaire, les expériences professionnelles et les périodes sans emploi. Les questions revenaient également sur les événements en lien avec l’histoire conjugale et familiale et la sphère de santé, pour capter l’influence que ces deux sphères pouvaient avoir sur le déroulement du parcours professionnel. Enfin, les entretiens comprenaient également des relances sur les démarches effectuées, notamment en termes de recours à des dispositifs d’action publique en lien avec l’emploi.

Les 50 entretiens biographiques ont été réalisés avec des hommes (9) et des femmes (41) âgé-es entre 24 et 61 ans,  ayant une déficience visuelle (15), un handicap moteur (18), une maladie chronique invalidante (10) ou des poly ou plurihandicaps (7). La moitié a vu son handicap survenir lors de la naissance ou pendant l’enfance, et l’autre après la fin des études initiales. Parmi elles et eux, 45 ont connu une ou plusieurs expériences salariées après la survenue de leur handicap.

Les prénoms et noms des personnes interrogées ont été modifiés.

Résultats

            La majorité des personnes interrogées envisagent l’aménagement de leur poste comme une « chance », bien qu’elles aient toutes au moment de leur emploi une reconnaissance administrative de handicap leur permettant d’entrer dans le public visé par la loi de 2005. Les entretiens mettent en lumière que la norme majoritaire intériorisée est implicitement le non-aménagement du poste. Au contraire, avoir une adaptation de poste dépend de la bonne volonté de l’employeur, et quand obtenue, relève de l’exceptionnel. Différents extraits d’entretien illustrent cette idée :

« J’ai un écran en double. J’ai un clavier en double. J’ai… Je viens avec mon ordi portable. Et je le branche à l’écran et puis j’ai tout ce qu’il faut à la maison. Ils m’ont tout racheté en double pour que je… pour que je puisse, en fait, m’adapter. En fait, ils ont très bien compris qu’avec la sclérose en plaques, euh ce qui est valable un jour l’est pas forcément le lendemain, et ils se sont impeccablement adaptés à ça. C’est… Franchement, j’ai beaucoup de chance. Et du coup, ils me laissent faire comme je veux. Tant que mon boulot est fait, je fais tout comme je veux. Et ça c’est… c’est un luxe euh… que je ne… j’osais même pas rêver de ça, quoi ! Donc euh… … C’est un confort absolu. » (Albane Toutain, 24 ans, maladie chronique survenue pendant les études supérieures)

« PD –Quand on a commencé à échanger [avec mon employeur], je dis « Beh… peut-être je pourrais reprendre, mais bon c’est vrai que le trajet, il faut que je trouve comment je m’organise, etc. » Il me dit « Mais il y a aucun problème. Mathias, donc le chauffeur, Mathias… Mathias viendra te chercher le matin, et il te ramènera à midi. »

MB – Ok, d’accord.

PD – Générosité absolue de l’employeur. » (Philippe Dalmasso, 56 ans, maladie chronique survenue en emploi)

Le champ lexical de l’exceptionnalité est présent dans les deux citations. Les aménagements sont décrits comme une « chance », un « luxe », relevant d’une « générosité absolue de l’employeur ». De même, Joëlle Garcia (55 ans, maladie chronique survenue en emploi) emploie neuf fois l’adjectif « exceptionnel » pour décrire le comportement de son employeur dans l’adaptation de son poste. Ce champ lexical se retrouve de manière transversale dans le corpus d’entretiens. Ce discours est tenu à la fois par les personnes étant nées avec un handicap que celles qui l’acquièrent plus tard dans leur vie. De même, ce cadrage de l’aménagement de poste comme une « chance » se retrouve à la fois dans les situations où les adaptations sont effectuées au moment de l’embauche (le cas d’Albane Toutain), ou de maintien en emploi après la survenue du handicap (le cas de Philippe Dalmasso).

Cette vision des aménagements de poste s’explique par différents facteurs. Pour les personnes voyant l’emploi comme un moyen d’insertion privilégié (chapitre XX), les aménagements sont une mesure exceptionnelle facultative dans la mesure où déjà avoir un emploi est une chance en soi.  C’est ce qu’explique Anne-Malika Haddad (INFOS). Professeure d’histoire géographie en collège, elle revient sur les refus du médecin du rectorat de la laisser en temps partiel malgré ses difficultés à assurer un temps plein du fait de sa maladie chronique :

« Bien sûr que pour moi c’est… c’est difficile, mais, y a… comment dire… Je… Je le mets pas au même ordre que… que le fait, je peux, je peux travailler, c’est-à-dire que y a des gens qui… qui ont un handicap et on leur dit non, on leur dit non, non madame, vous pouvez pas travailler, sans leur expliquer ou sans leur dire, euh… euh, ou en leur disant non, vous pouvez pas rentrer. […] On m’a pas retiré ce que je voulais ou ce que j’avais envie de faire donc… moi une discrimination c’est quelque chose qui… je, j’aurais pas pu accéder à mon rêve. Donc… voilà, on m’empêche de… comment dire, d’être… au mieux dans… dans ma situation personnelle et professionnelle, mais euh… mais je, je travaille, voilà. Je travaille, j’ai de très bonnes conditions, là je… je suis en télétravail, je… tout est fait pour… voilà, je, je me sens vraiment… vraiment privilégiée » (Anne-Malika Haddad, maladie chronique survenue pendant l’enfance)

Malgré sa reconnaissance du fait que sa situation pourrait être améliorable (« on m’empêche d’être au mieux »), Anne-Malika Haddad envisage sa position comme une position « privilégiée ». Elle justifie cet avis en comparant sa situation d’emploi à celle des personnes handicapées subissant des discriminations empêchant leur insertion professionnelle. Pour elle, les refus d’aménagements de poste de la médecine du rectorat ne constituent pas une discrimination, dans la mesure où le fait d’avoir un emploi (« je travaille ») et avoir accès partiellement à des aménagements (« je suis en télétravail ») sont déjà un privilège pour une personne handicapée.

Les expériences durant la scolarité et sur le marché du travail contribuent également à l’intériorisation du fait que l’accès aux aménagements relève de la chance et de l’exceptionnel. Justine Pontonnier (36 ans, déficience visuelle survenue pendant l’enfance) expose de manière très claire l’intériorisation de cette norme lors de son entretien. Depuis son enfance, elle a toujours eu l’habitude d’effectuer au quotidien un travail de handicap en s’adaptant à l’environnement autour d’elle. Elle explique que ses parents, eux voyants, n’ont jamais parlé directement de sa déficience visuelle, et que ceux-ci l’ont toujours poussée à s’adapter à différentes situations sans demander d’aide :

« Mon handicap a toujours existé, ça a toujours été un fait. Après, c’était pas… c’était pas une excuse donc… enfin voilà. Je pouvais pas me reposer dessus en disant « J’y arrive pas, de toute façon, j’y vois pas ! » Ça marchait pas ça. Donc [mes parents] ont toujours poussé pour développer mon autonomie, donc je sais pas, ils m’ont appris les transports en commun, enfin… des systèmes D pas possibles pour que je sois autonome. » (Justine Pontonnier, 36 ans, déficience visuelle survenue pendant l’enfance)

Justine Pontonnier fait sa première demande de reconnaissance administrative de handicap à la MDPH à 20 ans à la suite de la dégradation rapide de sa déficience visuelle. Jusque-là, elle explique s’être toujours adaptée au contexte « sans demander d’aides » aux différentes structures scolaires et universitaires. Elle ne connaît pas d’autres expériences professionnelles qu’un emploi non rémunéré dans la petite entreprise tenue par sa famille avant sa formation de comptable puis son recrutement dans une entreprise de comptabilité via Cap Emploi. Elle décrit dans la citation suivante les premières semaines suivant son embauche dans cette entreprise.

« Côté aménagement, pour ce qui est du travail euh… bah non, non, non. On oublie, hein… S’ils veulent pas payer la cotisation à l’Agefiph c’est pas pour dépenser de l’argent derrière ! Voilà ! Et… Donc j’avais quand même un écran qui était… qui était pas minuscule mais enfin… tout le reste… enfin… c’était pas à l’ordre du jour, quoi. […]

MB –Vous aviez effectué des demandes ? Enfin vous leur aviez signifié ou est-ce que vous, vous aviez besoin de plus que ce qui vous a été donné ?

JP – Bah alors, en termes de confort de travail, c’est toujours mieux que d’avoir… enfin d’avoir plus. Après… Comme un peu toute ma vie j’ai été en milieu ordinaire et habituée à ne rien avoir, eh ben je me suis contentée de ne rien avoir. » (Justine Pontonnier, 36 ans, déficience visuelle survenue pendant l’enfance)

Ici, l’enquêtée trace un lien entre ses expériences passées d’adaptation à l’environnement et son non-recours aux aménagements de poste.

D’autres exemples en lien avec la sphère scolaire apportent des éléments d’explication quant à l’intériorisation de la vision des aménagements comme une chance. De nombreuses personnes interrogées racontent que la mise en place d’adaptations à leur situation dépendait du bon vouloir des professeurs. Les récits portant sur les aménagements faits en contexte scolaire portent en grande majorité sur la volonté des professeurs de les mettre en place.  Les participant-es comparent les instituteur-ices et professeur-es « compréhensifs », « à l’écoute » et ayant une « volonté d’aider » à celles et ceux « hostiles », « humiliants » ou n’en ayant « rien à foutre » pour décrire les contextes d’enseignement et la mise en place ou non d’aménagements. Comme pour les expériences professionnelles, la mise en œuvre de ce droit est perçu comme discrétionnaire et dépendant des volontés individuelles des personnes responsables.

En conclusion, les personnes interrogées envisagent le droit aux aménagements comme un droit applicable à la discrétion de l’employeur, et de leur bonne volonté face aux politiques du handicap.


Autrice : Mathéa Boudinet


Temps de travail en fonction du handicap et du genre – approche descriptive

Quels formes d’emploi (temps complet ou partiel) les femmes handicapées occupent-elles ?

On montrera ensuite à partir des données de l’Enquête emploi en continu (EEC) de l’INSEE que les femmes handicapées sont une population pour qui le temps partiel est plus important que pour les autres groupes. D’une part, les personnes handicapées sont plus à temps partiel que les personnes sans handicap. D’autre part, les disparités entre hommes et femmes persistent dans la population handicapée : la population féminine handicapée est plus à temps partiel que les hommes handicapés, et que les hommes et femmes valides.

Pour plus d’informations sur les définitions adoptées, vous pouvez consulter le billet méthodologique sur les populations (reconnaissance du handicap, handicap au sens large, sans handicap).

Nous utilisons ici les données tirées de l’Enquête emploi en continu de l’INSEE, pour l’année 2018. Cette enquête interroge pendant six trimestres consécutifs les personnes entre 15 et 64 ans vivant en ménages en France. Cela exclue de fait la population handicapée vivant en institution, et constitue un biais majeur de l’enquête.

Les statistiques présentées par la suite sont effectuées à partir de 62 744 observations, avec une prise en compte des poids de pondérations fournis par l’INSEE.

Figure 1 – Temps de travail selon le handicap et le sexe parmi les personnes en emploi

Figure 1 – Temps de travail selon le handicap et le sexe parmi les personnes en emploi

Les statistiques descriptives portant sur les temps de travail selon le genre et le handicap mettent en lumière les inégalités existant d’une part entre population valide et handicapée, et entre hommes et femmes (figure 1).

De manière générale, les hommes sont plus à temps complet que les femmes, peu importe la sous-population retenue. 78,8% des hommes reconnus handicapés en emploi sont en temps complet, alors que ce chiffre dépasse de peu 50% pour les femmes reconnues handicapées en  (53,8%). Cet écart s’élève à 25 points de pourcentage. Dans la population sans handicap, 93,5% des hommes sont en temps complet, contre 73,2% des femmes. L’écart s’élève ici à 20,3 points de pourcentage.

On voit donc que les écarts en termes de temps de travail sont plus élevés entre personnes reconnues handicapées que dans la population valide.

Néanmoins, des analyses plus poussées doivent être faites pour identifier les raisons de la fréquence du temps partiel dans la population handicapée : ces différences peuvent être partiellement dues aux types de secteurs d’emploi, en lien avec le niveau de diplôme, ou encore à l’âge. On reviendra sur cette question dans un futur billet.

Autrice : Mathéa Boudinet.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search